Raphaël et l’art du portrait

Raphaël et l’art du portrait

Avec

Maurice Brock

VENDREDI 7 mars 2014 A 18 heures, Athénée municipal, place Saint Christoly

________

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, professeur d’Histoire de l’art moderne au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (Université François Rabelais, Tours), M. Brock est spécialiste de la peinture de la Renaissance à Florence et à Venise et auteur d’une monographie sur le peintre maniériste florentin Agnolo Bronzino parue en 2002 aux Editions du Regard.

____________________

Bien avant que Raffaello Sanzio (1483-1520) ne soit connu par ses portraits, celui qui fut ce subtil chercheur de physionomies vraisemblables dont il sut animer ses visages d’un sens très vif de l’existence fut sans conteste Antonello da Messina. Or il meurt quatre avant la naissance de Raphaël et le grand peintre d’Urbino commence presque là où le peintre sicilien a terminé. Fils de Giovanni Santi, peintre et connaisseur de l’art de son époque, le jeune Raphaël fut marqué par la philosophie de son père qui disparait alors qu’il n’avait que douze ans. Après quelques années où il subit diverses influences, Raphaël arrive à Florence en 1504 auprès de Pier Soderini, gonfalonier de la ville. Sa rencontre avec le style de peintres tels que Léonard de Vinci, Fra Bartolomeo, et avec le monde solennel du dessin, de la clarté et du volume, a été déterminante dans son évolution stylistique. C’est à ce moment là qu’il abandonne la manière de Pérugin pour entrer dans un tout autre univers de la peinture dont les résultats sont consignés dans une série de chefs-d’œuvre très célèbres dans l’histoire de l’art.

Raphaël occupe une place de première importance dans l’histoire du portrait en Italie à la Renaissance. Il élabore plusieurs formules qui connaissent un grand succès, comme le « portrait conversationnel », qui s’inspire directement de la Joconde, ou le portrait de pape, qui met le spectateur dans la situation d’un familier déférent, debout auprès du pontife assis. Mais son invention la plus touchante est sans doute le double portrait d’amis : il exalte l’amitié qui lie le peintre aux deux hommes qu’il représente.

Contact : 05 56 08 80 24/06 65 67 58 18

E-mail : amis@amis-musees-bordeaux.com

Site internet : http://www.amis-musees-bordeaux.com

Gratuit pour les adhérents

Pour les non-adhérents : 5€ adultes ; 2€ étudiants

À propos de Art Presence Web

L'Actualité de l'Art // Art News Appels à projets pour les artistes // Opportunities for Artists
%d blogueurs aiment cette page :